Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Louis Ferdinand Céline en photo

Céline le génie et le voyant

4 Février 2011, 15:30pm

Publié par Bardamu

img-0003.jpg

La prolifération de stupidités des soi-disant exégètes et parasites de l’œuvre de Céline qui persistent par lâcheté et par cécité à la dissocier de l’homme nécessite une mise au point et une supplique pour leur mise en sourdine.
Quant à ceux qui répandent leur hystérie haineuse à l’encontre de l’homme ils n’apportent que plus de crédit à la géniale vision de l’étendue de la vacherie humaine qu’il a si bien décrite dans ces manifestations inépuisables, qu’ils se livrent à une salutaire contemplation dans le miroir que leur a légué Céline de leur parfaite incarnation.


Enfin je ne voudrai pas oublier les intellectuels et artistes qui par populisme et démagogie continuent d’enfumer l’opinion publique avec leur sirupeuse et dégoulinante complaisance en se travestissant en détenteurs du monopole du coeur et à qui je suggère de s’inspirer de Céline qui déclarait ne pas avoir d’idées par que c’est vulgaire car il avait parfaitement compris que de l’idée à l’idéologie il n’y a qu’un pas pour rendre la bête prête à endoctriner ou massacrer les congénères qui ne s’y soumettraient pas.


Que cette légion de petites cervelles moutonnières qui pratiquent le terrorisme du consensuel et du politiquement correct se contentent de répandre leur indigente incontinence cérébrale dans les salons de façon à éviter une contribution à l’abrutissement des populations dont se chargent les médias et les pisses-papier d’aujourd’hui qui représentent ce que l’on nomme à tort littérature.


Pas un de ces nains ne changera quoi que ce soit au cours de l’histoire ! Car non seulement Céline est le seul écrivain qui a appréhendé dans sa totalité l’absurdité de la condition humaine dans ses multiples expressions mais également aucun autre avant lui ni depuis n’avait su le faire entrer en résonnance avec la vibration profonde du cœur des hommes de bonne volonté.


C’est tout son génie et son œuvre doit être considérée de salut public car sa contribution par sa seule existence et la révélation de sa communion avec le regard et le séisme intérieur de ceux qui assistent impuissants à l’enfer et la désolation que l’homme répand dans le monde avec une imagination et un zèle débordants, les sauvent du désespoir qui ne manquerait pas de s’emparer d’eux.


Jamais un homme dénué de sentiments supérieurs n’aurait pu y parvenir. Et non seulement Céline n’a jamais eu le moindre agissement qui puisse le qualifier de salaud mais son dévouement et son désintéressement dans sa pratique de la médecine et sa profonde et réelle compassion pour les couillons de la vie et les miséreux qui ne manquent pas d’augmenter en nombre sont autant de comportements exemplaires qui devraient inciter à s’en inspirer tout ceux qui dégoulinent de bons sentiments et ne les expriment qu’avec la gueule.


Que tous les infirmes de la pensée et du cœur qui sont légion méditent cette lumineuse pensée de Léopardi et qui exprime parfaitement ce que représente l’œuvre de Céline :
« Les œuvres de génie ont le pouvoir de représenter crûment le néant des choses, de montrer clairement et de faire ressentir l’inévitable malheur de la vie, d’exprimer les plus terribles désespoirs, et d’être néanmoins une consolation pour une âme supérieure accablée, privée d’illusions, en proie au néant, à l’ennui et au découragement ou exposée aux peines les plus amères et les plus mortifères »


En effet, les œuvres de génie consolent toujours, raniment l’enthousiasme et, en évoquant et représentant la mort, elles rendent momentanément à l’âme cette vie qu’elle avait perdue : ce que l’âme contemple dans la réalité l’afflige et la tue, ce qu’elle contemple dans les œuvres de génie qui imitent ou évoquent d’une autre manière la réalité des choses, la réjouit et lui redonne vie”.


A toi pour l’éternité Céline mon frère !

 

auteur : inconnu

Commenter cet article

Ellen 03/09/2012 15:51


Je viens à 39 ans de découvrir Voyage au bout de la nuit qui m'a complètement retournée la tête tant cela m'a bouleversée et je suis en plein Mort à crédit et à la moitié du livre déjà je déprime
pour le moment où je lirai le mot fin. Rien ne sera plus comme avant.

claude palay 31/05/2011 03:14



Il y a des gens que leur préoccupation constante de la mort empêche de vivre.Il faut dire que l'enfance triste,la guerre de quatorze ,la médecine (apprendre par coeur des  encyclopédies de
maladies dégoûtantes,) la guerre de trente neuf et l'épuration sont plus que suffisantes pour motiver l'hypocondrie de Céline ,représentative d'une génération que l'on a du mal à se représenter
aujourd'hui.Ce qui est merveilleux,c'est que la grand'mère l'oncle Edouard et Alcide éclairent  comme des phares ce paysage d'Apocalypse en nous montrant qu'au fond ...Louis Ferdinand était
bon.


 


 


 


 



claude palay 29/05/2011 08:31



"Avec ses fureurs de nouille et son rataplan d'emmerdé"Auguste, le père de Louis F C 


est le successeur moderne de ceux qui ont" sué" Versailles.Comme eux,il subit en vrai galérien  la société industrielle qui lui fait forger  les outils des grandes hécatombes du
XXème siècle.La mère,Clémence ,avec sa jambe en laine, est le prototype de celles qui vont ,avec un courage et une soumission confondantes, tourner les obus et entoiler les aéronefs de
l'apocalypse pour mieux assassiner leurs mâles et les émasculer.


entoiler les aéronefs de l'apocalypse


 



argos 1932 28/05/2011 23:38



Courbevoie. Seine. 27 mai 1894.


Aux murmures des berges.


C'était il n'y a pas si longtemps...


Oui Céline est notre frère.


Merci tout simplement de nous le rappeler.


Merci aussi pour votre blogue et ce très bel hommage à celui qui nous a tant donné.


Argos



claude palay 09/05/2011 09:25



Il ne faut pas oublier,quand on parle de Céline, qu'il était avant tout médecin.Son écriture rappelle ,pour ceux qui ont étudié à l'Assistance Publique ,les "observations" que l'on


donnait à rédiger aux externes sous l'oeil magistral des patrons.Le choix des mots justes,des adjectifs exactement adéquats,font ressortir sans vaine recherche du beau ou du pittoresque le
squelette sousjacent de la réalité des choses pour les rendre significatives du syndrome recherché.C'est un langage intentionnel,ciblé,utilitaire ... sans bavardage.